LEPAT
 

Locations of visitors to this page

Voter  Votez pour ce site en 2 secondes, votre avis est intéressantVoter

La Pierre de RosetteLa Pierre de Rosette
LA PIERRE DE ROSETTE
 
112,3 cm de hauteur
75,7 cm de largeur
28,4 cm d'épaisseur
 
 
La Pierre de RosetteLa Pierre de Rosette

 

"Au cours du règne du jeune qui a succédé à son père, Seigneur des diadèmes, très glorieux, qui a établi l'Egypte et a été pieux envers les dieux, triomphant sur ses ennemis et ramenant la paix et la vie civilisée aux hommes, Seigneur des Cérémonies des Trente années, semblable à Ptah le Grand, un roi comme Ra, grand roi des pays Supérieur et Inférieur, progéniture des Dieux Philopatores, approuvé par Ptah, à qui Ra a donné la victoire, l'image vivante d'Amun, fils de Ra, PTOLÉMÉE, VIVRA A JAMAIS, BIEN-AIMÉ DE PTAH, dans la neuvième année, quand le fils Aetos d'Aetos était prêtre d'Alexandrie, et les Dieux Soteres, et les Dieux Adelphoi, et les Dieux Euergetai, et les Dieux Philopatores et le Dieu Epiphanes Eucharistos; fille Pyrrha de Philinos qui est Athlophoros de Berenike Euergetis, fille Areia de Diogenes qui est Kanephoros d'Arsinoe Philadelphos; fille Irene de Ptolémée qui est Prêtresse d'Arsinoe Philopator; les quatrièmes du mois de Xandikos, d'après les Égyptiens les 18e Mekhir. 

LE DÉCRET. 
Se sont assemblés les Prêtres Principaux et Prophètes là et ceux qui entrent dans le temple intérieur pour vênérer les dieux, et les Porteurs d'Eventail et les Scribes Sacrés et tous les autres prêtres des temples de la terre qui sont venus rencontrer le roi à Memphis, pour la fête de l' assomption de PTOLÉMÉE, LE VIVANT A JAMAIS, LE BIEN-AIMÉ DE PTAH, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS, le successeur de son père, Tous se sont assemblés dans le temple de Memphis ce jour où il a été déclaré 

que le Roi PTOLEMEE, LE VIVANT A JAMAIS , LE BIEN-AIMÉ DE PTAH, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS, le fils du Roi Ptolemée et Reine Arsinoe, les Dieux Philopatores, tous deux bienfaiteurs du temple et de ceux qui y demeurent, aussi bien que de leurs sujets, en étant un dieu issu d'un dieu et la déesse aime Horus le fils d'Isis et Osiris qui ont vengé son père Osiris en étant disposé favorablement envers les dieux, a délivré aux revenus des temples de l'argent et du maïs et a entrepris beaucoup de dépenses pour la prospérité de  l'Egypte, et le maintien des temples, et a été généreux envers tous sur ses propres ressources; et les a exemptés de quelques uns des revenus et impôts levés en Egypte et en a allégé d'autres afin que ses gens et tous les autres puissent être dans prospérité pendant son règne; 

et qu'il a effacé les dettes envers la couronne pour de nombreux égyptiens et pour le reste du royaume; 

et pour ceux qui étaient en prison et ceux qui étaient mis en accusation depuis longtemps, il a décidé de lever les charges pesant contre eux; 

et aussi qu'il a confirmé que les dieux continueront à vivre des revenus des temples et des allocations annuelles perçues, les deux de maïs et d'argent, également les revenus alloués aux  vignes et  jardins et autres propriétés qui appartenaient aux dieux sous le règne de son père; 

et qu'il a aussi décidé que les prêtres ne devraient plus payer aucun impôt pour l'admission à la prêtrise, tant pour ceux nommés sous le règne de son père, que pour ceux nommés depuis la première année de son propre règne; et il a soulagé les membres des ordres sacerdotaux du voyage annuel à Alexandrie; 

et aussi qu'il a décidé qu'il n'y aurait plus aucune réquisition pour la marine; et il a différé les 2/3 de l'impôt sur tissu du lin fin payé par les temples de la couronne; et quel qu'aient été les négligences des temps passés, il les a corrigées comme il se devait, en soulignant tout particulièrement les taxes traditionnelles à payer aux dieux; et également a tout réparti équitablement, comme Thoth le grand et grand; 

et a décrété que ceux qui reviennent de la guerre, et ceux qui ont été spoliés de leurs biens dans les jours de troubles, devaient, à leur retour être autorisés à occuper leurs vieilles possessions; 
et aussi qu'il prévoit de débourser de grandes sommes d'argent et de maïs pour envoyer la cavalerie, l'infanterie et la marine  à la rencontre de ceux qui tentent d'envahir l'Egypte par mer et par terre,  afin que les temples et tout ceux qui exploitent la terre puissent être en sécurité; 

et s'étant rendu sur place à Lycopolis dans le nome de Busirite, avec un abondant magasin d'armes et autres provisions,  pour constater et dissiper le mécontentement provoqué par des hommes impies ayant perpétré de nombreux dégâts aux temples et à tous les habitants d'Egypte,  il l'a entouré de monticules, tranchées et fortifications compliquées; 

quand le Nil, qui habituellement inonde les plaines, a connu une grande crue dans la huitième année de son règne, il l'a prévenue en endiguant en de nombreux endroits les débouchés des canaux, pour un coût dérisoire, et en confiant la garde de ces lieux à la cavalerie et à l'infanterie, en peu de temps, il prit d'assaut la ville  et tua tous les hommes impies, tout comme le firent Thoth et Horus, les fils d'Isis et Osiris, autrefois pour subjuguer les rebelles dans le même district; 
et comme son père l'avait fait avec les rebelles qui avaient dérangé la terre et lésé les temples, il s'est rendu à Memphis pour venger son père et sa propre parenté, et les a punis  comme ils le méritaient; profitant de sa venue, il fit exécuter les cérémonies adéquates pour son couronnement ; 
et aussi qu'il a exempté ce qui était dû à la couronne dans les temples jusqu'à sa huitième année, en ne prélévant même pas une petite quantité de maïs et argent;
 et aussi l'impôt  pour le tissu de lin fin ne fut pas levé par la couronne, et de ceux délivrés, les plusieurs prix pour leur vérification, pour la même période; 
et il a aussi exempté les temples de l'impôt de la mesure de grain pour chaque mesure de terre sacrée et également le pot de vin pour chaque mesure de terre de vigne; 

et aussi qu'il a donné beaucoup de cadeaux à Apis et Mnevis et aux autres animaux sacrés d' Egypte, parce qu'il était beaucoup plus prévenant que ses royaux prédécesseurs;
 et pour leurs enterrements il a donné ce qui était convenable avec prodigalité et faste, et ce qui a été payé à leurs temples spéciaux l'était régulièrement, avec sacrifices et festivals et autres observations coutumières, et il a maintenu l'honneur des temples d'Egypte d'après les lois; 
et il a orné le temple d'Apis par un travail riche, en dépensant pour lui sans compter or et argent et pierres précieuses; 

et aussi qu'il a consolidé les temples et leurs autels, et a réparé ceux qui le nécessitaient, en ayant à l'esprit d'être un dieu bienfaisant en ce qui touche la religion; 
et aussi qu'après enquête il a fait construire le plus honorable des temples pendant son règne, comme il se doit;

 en récompense de quoi les dieux lui ont donné santé, victoire et pouvoir, et toutes les autres bonnes choses, et lui et ses enfants resteront dans la prostérité pour tous les temps. 

AVEC RICHESSE PROPICE: Il a été décidé par les prêtres de tous les temples de la terre d'augmenter les dévotions rendues au Roi PTOLEMEE grandement, LE VIVANT A JAMAIS, LE BIEN-AIMÉ DE PTAH, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS, également ceux de ses parents les Dieux Philopatores, et de ses ancêtres, les Grands Euergatai et les Dieux Adelphoi et les Dieux Soteres et mettre dans la place la plus proéminente de chaque temple une image du VIVANT A JAMAIS  ROI PTOLEMEE, LE BIEN-AIMÉ DE PTAH, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS qui sera appelé simplement ' PTOLÉMÉE, le défenseur de l'Egypte', à côté de qui se trouvera le dieu principal du temple, en lui donnant le cimeterre de victoire, le  tout  sera fabriqué selon les us et coutumes égyptiennes; et que les prêtres paieront l'hommage aux images trois fois par jour, et a mis sur eux les vêtements sacrés, et exécute l'autre dévotion habituelle  donnée aux autres dieux dans les festivals Égyptiens; 
et établir pour Roi PTOLEMEE, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS, issu du Roi Ptolemée et de la Reine Arsinoe, les Dieux Philopatores, une statue et un temple d'or dans chacun des temples, et le mettre dans la chambre intérieure avec les autres temples; et dans les grands festivals que les temples soient portés en procession, le temple du DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS sera porté en procession avec eux. Et afin que celui-ci puisse être aisément reconnaissable et pour tout le temps, il sera mis sur le temple dix couronnes roayles en or à laquelle seront ajouté un cobra à l'identique de toutes les couronnes ornées d'un cobra des autres temples, dans le centre de la couronne double qu'il portait dans le temple à Memphis lors des cérémonies de son couronnement; 
et là sera placé sur le rond de la surface carrée au sujet des couronnes, à côté de la couronne susmentionnée, emblèmes huit emblèmes d'or, nombre qui signifie que c'est le temple du roi qui fait manifeste le Pays Supérieur et le Pay Inférieur. Et depuis que c'est le 30e de Mesore que l'anniversaire du roi est célébré, et également les 17e de Paophi jour où il succéda à son père, ils ont retenu ces jours comme des jours de dévotion dans les temples, depuis qu'ils sont sources de grandes bénédictions pour tout; 

il a été décrété en outre qu'une cérémonie sera donnée dans les temples partout en Egypte ces jours dans chaque mois, accompagnée de sacrifices et libations et toutes les cérémonies coutumières aux autres festivals et  offrandes seront donné aux prêtres qui servent dans les temples. Et une cérémonie aura lieu en l'honneur du Roi PTOLEMY, LE VIVANT A JAMAIS, LE BIEN-AIMÉ DE PTAH, LE DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS, annuellement dans les temples partout dans la terre les 1er de Thoth durant cinq jours, durant lesquels ils porteront des guirlandes et exécuteront des sacrifices et libations et autres sacrements habituels, et les prêtres dans chaque temple seront appelés les prêtres du DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS en plus des noms des autres dieux qu'ils servent; 

et sa prêtrise sera inscrite sur tous les documents officiels et sera gravée sur les bagues qu'ils portent; et les individus privés seront aussi autorisés à garder la cérémonie et installer le temple susmentionné dans leurs maisons; exécuter les célébrations susmentionnées annuellement, afin que tout un chacun puisse savoir que les hommes d'Egypte magnifient et honnorent le DIEU EPIPHANES EUCHARISTOS le roi, d'après la loi. Ce décret sera inscrit sur une stèle de pierre dure dans les caractères sacrés et natifs et grecs et sera mis dans chacun des premier, deuxième et troisième temples du rang à côté de l'image du Roi Toujours Vivant."

 

 
Retour au témoignage de
Champollion
Jean-François Champollion

 

Champollion
 
Egyptologue français né à Figeac le 23 décembre 1790, JF Champollion est à l'origine de l'égyptologie.
 

 

J. F. Champollion va se passionner très tôt pour l'égyptologie après avoir acquis la connaissance de diverses langues orientales (Copte, Sanscris, Hébreu, Arabe, Syrien, Ethiopien...) entre 1805 et 1810.

Dès 1809, il va tâcher de déchiffrer une copie de la pierre de Rosette découverte en 1799. Il publie alors sa "Théorie sur l'écriture égyptienne" après avoir réalisé deux grammaires du copte ainsi qu'un dictionnaire.

C'est finalement à partir de cette fameuse "Pierre de Rosette" trouvée par Napoléon près de la ville de Rosette et de sa maîtrise du Copte, qu'il va parvenir à déchiffrer les mystères de la langue égyptienne (hiéroglyphes).

La pierre de rosette est plus exactement une stèle de granit sur laquelle fut gravée un décret du pharaon Ptolémée V en 196 av. J-C. Ce décret fut rédigé en 2 langues (Grec et Egyptien) mais en 3 écritures : hiéroglyphes, démotique et grec. Cette pierre est aujourd'hui au British Muséum de Londres.

 

 

 

PIERRE DE ROSETTE
 
Traduction de la pierre de Rosette
 

Mais c'est surtout en se rendant en Egypte et en découvrant les monuments, qu'il va comprendre que sa technique de lecture fonctionne. Il va alors découvrir une page essentielle de l'histoire des peuples de l'Europe.

Ainsi lors de ses fouilles, Jean François Champollion (1790-1832), découvre avec une grande stupéfaction, certaines inscriptions réalisées dans des tombes royales. Il nous en a légué un récit poignant dans la treizième lettre qu'il a adressé à son frère à Paris.

Tout a commencé dans la vallée de Biban-el-Molouk, lieu de ses recherches. Là, un bas-relief du pharaon Ousiréï 1er , a particulièrement attiré son attention. La fresque murale date du 16ème siècle avant J.C. et a été réalisée à l'époque de la 18ème dynastie pharaonique. C'est l'un des plus anciens documents ethnographiques dont nous disposons pour connaître l'histoire des peuples de l'antiquité. Surpris par la découverte de diverses fresques de la même nature, Champollion constate que les Egyptiens anciens ont voulu tout simplement représenter les habitants de l'Egypte et ceux des contrées étrangères en les hiérarchisant en fonction de leur degrés de civilisation.

Il constate que les Egyptiens (Kamit) se sont placés à la première position, puis viennent, selon les fresques, les Nubiens, puis les Sémites et les Asiatiques. Il constate encore que les Egyptiens et les Nubiens sont représentés de la même façon comme pour souligner leur origine ethnique commune (habits et cheveux identiques mais les Nubiens sont certaines fois représentés plus foncés que les Egyptiens à cause du soleil plus torride dans le sud) .

Mais, ce qui va réellement l'interpeller, c'est la sixième et dernière place des habitants de l'Europe. Son témoignage est le suivant :

« Enfin, le dernier (...) a la teinte de peau que nous nommons couleur de chair, ou peau blanche de la nuance la plus délicate, le nez droit ou légèrement voussé, les yeux bleus, barbe blonde ou rousse, taille haute et très élancée, vêtu de peau de bœuf conservant encore son poil, véritable sauvage tatoué sur diverses parties du corps, on les nomme Tamhou (...) Je me hâtais de chercher le tableau correspondant à celui-ci dans les autres tombes royales et en les retrouvant en effet dans plusieurs, les variations que j'y observais me convainquirent pleinement que l'on a voulu figurer ici les habitants des quatre parties du monde, selon l'ancien système égyptien, à savoir :

  1°- les habitants de l'Egypte (...) 
  2°- les habitants propres de l'Afrique, les Nègres ; 
  3°- les Asiatiques ; 
  4°- enfin (j'ai honte de le dire, puisque notre race est la dernière et la plus sauvage de la série) les Européens qui, à ces époques reculées, il faut être juste, ne faisaient pas une trop belle figure dans ce monde.

 

 

GIF - 68.9 ko
EUROPEENS DECRIT PAR CHAMPOLLION
 
 
 
 

Il faut entendre ici tous les peuples de race blonde et à peau blanche habitant non seulement de l'Europe, mais encore l'Asie, leur point de départ. Cette manière de considérer ces tableaux est d'autant plus la véritable que, dans les autres tombes, les mêmes noms génériques reparaissent et constamment dans le même ordre (...) J'ai fait copier et colorier cette curieuse série ethnographique. Je ne m'attendais certainement pas, en arrivant à Biban-el-Molouk, à trouver des sculptures qui pourraient servir de vignettes à l'histoire des habitants primitifs de l'Europe, si on a jamais le courage de l'entreprendre. Leur vue a toutefois quelque chose de flatteur et de consolant, puisqu'elle nous fait bien apprécier le chemin que nous avons parcouru depuis ». Source : Champollion-Figeac, Egypte ancienne, coll. L'Univers, 1839.

 

JPEG - 12.9 ko
VISAGE D'UN PERSONNAGE
 
 

Cheikh Anta Diop l'a souvent dit : J. F. Champollion était un savant de bonne foi. C'est à dire qu'il était capable, par amour de la vérité historique, de dire la vérité. Sa description de l'Européen est ici relativement claire. Il va même jusqu'à dire "SI ON A JAMAIS LE COURAGE DE L'ENTREPRENDRE", car il connaît les faiblesses humaines des historiens de son époque.

Les étudiants qui se penchent encore aujourd'hui sur l'histoire des peuples de l'Europe ont pour la plupart jamais vu ces fresques. C'est dire que Champollion avait raison.

Enfin, il est clair ici que la thèse de l'existence de pharaons indo-européens en Egypte est une vue erronée de l'esprit mensonger des historiens occidentaux.

 

 

Information
Complément d'information de Nubian
 

 

En y regardant de près, on constate que J. F. Champollion a été beaucoup plus loin dans son analyse à propos des anciens Egyptiens.

Dans son journal [1], il fait une distinction entre Arabes ( les conquerants et imposteurs qui se font passer pour les descendants des Egyptiens anciens) et les Nubiens.

Lors de sa visite a Wadi-Halfa, un village nubien proche de la seconde cataracte( 30 decembre 1828), il dit à propos de ces nubiens opprimes par le gouvernement Arabe ( comme de nos jours...) :

Ce peuple infortune qui n'a rien de commun avec les arabes, ni pour le langage , ni pour l'apparence physique" . ( P 160 version anglaise)

A propos de ces mêmes nubiens Champollion le Jeune continue en disant :

...Ce sont des gens agreables et naturellement heureux comme tous les nubiens. Ils sont minces et leurs traits (faciaux) sont delicats, la complexion rouge-marron de leur peau est proche de la couleur noire, et rappelle celle de la race Egyptienne ancienne " . ( P160 version anglaise).

Champollion parle aussi de sa rencontre avec un Nubien et dit :

"Un nubien avec un beau visage entra dans notre tente, son couvre-chef ressemblait a celui des pharaons comme on peut le constater sur certains bas reliefs, ses cheveux étaient tresses de telle maniere qu'on aurait dit une perruque , dans le meme style rappelant les coiffures des anciens Egyptiens.

Ses traits pleins de vie et de noblesse, rappelent ceux de Ramses dont les monuments ne sont pas eloignes.

 

Habille dans une longue robe bleue et couvert d'une couverture blanche, ce nubien est natif de L'isle D'Argo pres de Dongola". (P 165 de la version anglaise)...

L'Isle D'argo se trouve en HAUTE NUBIE, et la ville DONGOLA se trouve au nord du Soudan actuel.

Je pense que ce temoignage complémentaire de Champollion Le Jeune est tout aussi explicite quant a l'impossiblite d'une Egypte Antique Indo-europeenne ou Semite.

 

 

Références bibliographiques:
[1] Cf.Harle, Diane, Christine Ziegler, et Herve Champollion. 1998. L'Egypte de Jean-Francois Champollion Lettres & Journaux De Voyage (1828-1829)
 
Africamaat
 
Jean-Francois Champollion




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement